Audio File


L'Exil (live 1977)
 
L'exil fait partie du troisième (et dernier) album d'Harmonium, L'Heptade, double album-concept qu'ils joueront en live pendant des années, perfectionnant leur son à l'extrême. Ainsi, en 1980 sort Harmonium en tournée, un album live reprenant l'enregistrement d'une soirée à Vancouver en juin 1977. C'est de cette version qu'est tiré l'extrait présenté sur cette page. La voix de Serge Fiori y est déchirante de sincérité, et si vous considérez toujours l'accent québécois comme simplement "rigolo" après quelques écoutes de L'exil, c'est que vous n'avez pas de coeur.
Tout ici contribue à la beauté du morceau. Les paroles (en français, ça nous change non ?) sont d'une grande poésie qui contraste avec une apparente légèreté.
Si la première écoute ne vous emballe pas, réessayez. Encore et encore. Il s'agit véritablement ici d'un des plus grands joyaux du folk-prog chanté, avec des mélodies qui ne vous quitteront plus jamais.

Le moment de bonheur : j'ai envie de crier haut et fort, "tout le morceau !"... Je me contenterai de pointer l'émotion brute qui ressort de la voix de Fiori à 2'40, 3'00...

Puis, j'vois la fin encore plus sûre
Par un coup d'poing dans l'mur,
J'veux juste être bien
Quand j'va me r'trouver tout nu
Au creux d'mon lit, caché ben loin...

...Au fond d'mon appartement...
J'ai moins peur du ciment,
C'est bon d'entendre marcher
Quelqu'un sur l'aut' plancher...


Même le pont musical instrumental, à 5'40, a de quoi vous mettre en transe... Jusqu'à nous emmener vers la valse endiablée de 8'10, aux paroles si puissantes...

Ça déborde, tout l'monde tire sa corde.
C'est fragile, d'marcher sur un fil.
C'est tragique, d'finir dans un cirque.
C'est mortel, d'suivre un carrousel.
Ben accrochés à nos parapluies,
Y'en a qui marchent, d'autres qui s'ennuient,
C'est juste en tombant qu'on partage le même cri.
C'est comme si tout l'monde payait sa place,
Pour voir chacun d'en haut perdre la face
Quand l'show est fini j'tombe toujours au bord du lit...

C'est blessant, d'vivre en noir et blanc,
Quand t'as l'coeur rempli de couleurs,
C'est étrange, l'orchestre se mélange !
C't'une parade, tout l'monde est malade.
Ben cachés sous nos parapluies,
Y'en a qui foncent, d'autres qui s'enfuient,
Tombés de si haut on fait tous le même bruit.
C'est comme marcher au-d'sus d'un abîme,
En bas, la foule demeure anonyme,
Me r'connaissez-vous ? C'est moi, le crisse de fou,
Qui marche au-d'sus d'la ville...


Et dire que c'est tout l'album qui est de ce niveau... Des années d'émotions issues d'un "simple" concert d'une heure trente...

Les paroles sont extraites du site Harmonium.qc.ca, avec quelques corrections de ma part. Le québécois, ça devrait être enseigné à la fac.

Poster information

Item Info

Nao/Gilles

  • Admin
  • Total Items: 674
  • Total Comments: 63
Posted26 February 2007 à 10h13
Filesize5.48 MB
Filename1976 - Harmonium - L'Exil (live 1977).mp3
Views237
Downloads79
Rating 4.4 (5 votes) (Weighted average: 4.40)
Pays Canada
Année 1976
Auteur Harmonium
BBC embed code

Exif Metadata

View all entries (2)

Exif Metadata

Duration: 11:58
Bit rate: 64 kbps
 Download
Playlists
RSS Comments No comments
Aeva Media 2.10 © noisen / smf-media